L’ACPPU défend la liberté académique et la gouvernance collégiale devant l’Assemblée nationale du Québec

08 février 2018

(Québec — Le 8 février 2018) L’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) s’est présentée aujourd’hui devant la Commission de la culture et de l’éducation de l’Assemblée nationale du Québec afin de faire valoir son opposition au projet de loi d’intérêt privé no 234, qui appelle des changements en profondeur qui menaceraient la gouvernance de l’Université de Montréal.

« Sous le prétexte de moderniser sa Charte, la direction de l’Université de Montréal suggère rien de moins que de mettre fin à la collégialité dans son institution en plus de changer radicalement les conditions de travail des professeurs sans passer par la négociation », a fait valoir aux élus le président sortant de l’ACPPU, Robin Vose.

Selon l’ACPPU, le Projet de loi 234 présente trois dangers :

•    Atteinte à la liberté académique;
•    Affaiblissement de la gouvernance collégiale; et
•    Modification des conditions de travail en dehors de la négociation régulière avec le corps syndical.

« La dernière refonte de la Charte de l’Université de Montréal remonte à 50 ans. Une fois adoptée, la nouvelle Charte pourrait donc demeurer figée pour très longtemps. Il s’agit d’un document fondamental qui ne peut être modifié rapidement, d’où l’importance de prendre le temps qu’il faut pour bien évaluer les impacts de changements aussi fondamentaux », a conclu Robin Vose.

Lire le Mémoire de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU).

Communiqué ACPPU


voir plus de déail
  • Événements
  • Dates repères
  • Autres
Conventions et ententes Statuts et règlements Procédure des assemblées CHARGE PROFESSORALE Formulaire - charge professorale Page Facebook SGPUM Politique de communication