Le Bureau d'intervention en matière de harcèlement (BIMH)


Le Bureau d'intervention en matière de harcèlement (BIMH)

Haut

Outre son travail d'information, le Bureau d'intervention en matière de harcèlement (BIMH) offre des conseils confidentiels aux membres de la communauté universitaire qui pensent être l'objet de harcèlement dans le contexte de leurs études ou de leur travail à l'Université de Montréal.

Les situations susceptibles de motiver le professeur à demander l'aide du BIMH justifient la plupart du temps que celui-ci consulte préalablement ou parallèlement son syndicat.

Avec l'accord des personnes qui font une demande d'aide, le BIMH peut effectuer des démarches auprès des personnes impliquées dans la situation qui pose problème. Ses interventions peuvent prendre diverses formes : médiation, rencontre, formation, intervention de crise. Le BIMH peut, le cas échéant, acheminer une plainte officielle.

Les activités du BIMH se rattachent notamment à la Politique contre le harcèlement adoptée par l'Université de Montréal en 2003.

Les plaintes officielles sont traitées selon les du Règlement disciplinaire concernant les membres du personnel enseignant et les étudiants ou des conventions collectives, ententes de travail ou autres règlements ou politiques applicables, selon le cas. Elles sont déposées auprès du recteur qui, le cas échéant, en saisit le Comité de discipline de l'Université.

Quelques exemples de harcèlement et de harcèlement sexuel

Haut

En plus de contenir des définitions générales, la Politique contre le harcèlement de l'Université de Montréal donne des exemples de manifestations de harcèlement et de harcèlement sexuel en milieu de travail ou d'études.

Le harcèlement peut notamment se manifester par :

  • de l'intimidation, des menaces, de la violence, du chantage ou de la coercition;
  • des insinuations répétées, des accusations sans fondement, des insultes ou humiliations, des tentatives répétées d'exclusion ou d'isolement, des cris ou hurlements;
  • des atteintes systématiques aux conditions habituelles de travail ou d'étude, le sabotage des lieux ou instruments de travail ou d'étude;
  • l'abus d'une situation de pouvoir ou d'autorité officielle ou non pour menacer l'emploi ou les études d'une personne ou compromettre son rendement. 

Le harcèlement sexuel peut notamment se manifester par :

  • des promesses de récompenses, implicites ou explicites, faites dans le but d'obtenir un accord quant à une demande de caractère sexuel;
  • des menaces de représailles, implicites ou explicites, qu'elles se concrétisent ou non, faites dans le but d'obtenir un accord quant à une demande de caractère sexuel ou faites à la suite d'un refus d'acquiescer à une telle demande;
  • des remarques ou des comportements à connotation sexuelle qui peuvent raisonnablement être perçus comme créant un environnement négatif d'étude ou de travail.

UdeM – Politique contre le harcèlement